Recevoir un email pour chaque nouvel article?

Jean Yencesse, La Source

A la Galerie La Source, à Fontaine-lès-Dijon, Jean Yencesse a proposé une rare exposition en décembre 2021. Intitulée dans un sourire « Erotic et thanatoc, le tic-tac de nos jours ».

C’est peut-être d’abord une certaine ambiance couleurs qui m’enveloppe dès le seuil franchi. Des bleus, des gris. Des teintes profondes, sobres, peu communes. Je fais quelques pas, attirée par des éclats de blanc et auréoles de lumières venus des toiles de Jean Yencesse. Petits espaces radieux au coeur d’un monde difficile. On est entre les Maternités des peintures primitives et l’Enfer de Dante!

Et puis, c’est la rencontre avec ces étranges personnages aux yeux vides, aux bras démesurés, aux corps fragmentés, détachés de la réalité… Ils ne sont pas là pour eux. Ils représentent quelque chose. Et mon émotion en est plus forte. Ils ne sont pas des portraits. Ils incarnent l’amour. L’amour tendre, sexuel, familial, humain. Mais aussi l’amour cruel, brut, diabolique.

Ils sont faits de peu de traits. Parfois une simple ondulation suffit à évoquer un corps féminin. Mais le trait est épais, à la Rouault. Et, comme dans un vitrail, le sujet s’emboîte dans un cercle ou un ovale. Les couples s’enlacent, s’enroulent, fusionnent en une chorégraphie souple et ronde.

Ainsi, de salle en salle, se déploient des scènes de bonheur, de douleur, de mort, de rêve, de cauchemars… La vie.

Au fait! Savez vous qui est Thanatos? (cf le titre de l’expo) . Un dieu grec (mineur) personnifiant la Mort….

Et n’oubliez pas de vous pencher sur les études de Jean Yencesse, dans les vitrines. L’artiste a plus d’un tour dans son sac (céramique, modelage, pliages papiers, photos macro, montages photos, peinture…) Vous n’avez pas tout vu!

Cliquez sur les visuels pour agrandir

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>