Facebook

EVAsions des arts, dans l’Auxois

Premier week-end d’août 2014, la manifestation annuelle (la quinzième) EVAsion des arts, dans cinq villages de l’Auxois. Un truc formidable! Je vous le conseille pour…..l’année prochaine!

Plein de bénévoles, des habitants sympas qui prêtent leur grange ou garage, un jury et sans doute des municipalités qui donnent des coups de pouce… et du coup, une bonne trentaine d’artistes venus de partout en France qui s’installent pour deux jours. Les espaces d’expo sont beaux comme tout: poutres, foin, vieux outils, mangeoires, tas de bois, terre battue, murs en pierre …Dans l’état! Ou presque. L’artiste met à profit son lieu (non choisi par lui) pour mettre au mieux son travail en valeur. Je sais que ce n’est pas une opération unique en son genre. On en voit fleurir un peu partout. Mais je connais celle- la et, croyez- moi elle est assez réussie.

Par contre, prévoyez une bonne journée ou même deux! Il faut prendre son temps pour s’imprégner de l’œuvre et pour discuter avec l’artiste. Marcher entre chaque espace ou reprendre sa voiture. Et si jamais vous craquez (comme moi!) et que, en plus, vous achetez…

Bref! Je suis loin d’avoir visité toutes les expos des villages. Mais j’ai bien apprécié celles que j’ai vues. Même si ce n’est pas mon goût parfois, la passion et l’enthousiasme de l’artiste sont contagieux!

Voyons! De qui je pourrais vous parler?

Jean-Claude Allard et ses photos-peintures! Il photographie et recadre un élément (mur, bois, terre, végétation…tout ce qui lui tombe sous son oeil averti!), il l’extrait de son contexte et voilà un tableau abstrait parfait! (Pas de macro photo, non, non). Il a le sens de la composition et de la matière comme un peintre.

Sophie Bidot, céramiste, et sa technique des terres enfumées. Les grosses sphères réalisées ainsi, parfaites, lisses, irisées, sont des objets irrésistibles de beauté. Comme des Terres avec des continents nouveaux. Les galets, eux, plus  brillants, glacés, translucides, sont attirants aussi. Tels de sublimes cailloux que la nature, pour une fois, n’a pas su faire!Bidot

Bernard Froment, et ses vieux bois ressuscités! Il intègre du verre dans des morceaux de bois. Il marie les deux matières, et ça donne des pièces fortes très personnelles.

Nicolas Canu, invité d’honneur cette année (représenté par la Galerie Schwab, de Paris), et ses grandes toiles fougueuses. L’expression est puissante, le geste nerveux, la couleur parlante. Son grand triptyque, en particulier, nous fascine par ce visage d’homme et ses deux mains face à nous… Deux autres peintures sombres ont quelque chose de Caravage (dit son ami qui l’héberge ici dans son atelier, Guy Lachot!). Par contre, j’ai un peu de mal avec ses dessins caricatures…Canu

Vu aussi les photos sur papier aquarelle de Claudine Siegfried, si raffinées, les monotypes de Régis Bouvier aux douceurs de couleurs et de lignes à s’y perdre comme dans une rêverie, les lavis et les fusains de Charlotte Tommy-Martin avec leur impalpable réalité (j’avais écrit sur son travail dans ce blog en février 2014, cf archives). Les installations du collectif Indeed 2.0 (musique, vidéo etc, sur la notion de peur enfantine) et de B.Chanfrault (textiles) ont su créer un climat particulier, chacune dans son style.

Désolée pour les autres.Chanfrault

Les villages en question sont: Villy, Villeberny, Salmaise, Dampierre et Verrey-sous-Salmaise. Association E.V.A. Essor des vallées de l’Auxois

Cliquer sur les visuels pour agrandir, en deux fois

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>