Facebook

Michel Potherat, Galerie La Source

Alors là! Je suis épatée!  Pour deux raisons.  Une, que la bonne Ville de Fontaine-les-Dijon accueille en sa galerie municipale une exposition aussi érotique  (Ah! Si! Quand même un peu! Je vous assure. Non? Ce n’est pas le terme adéquat?…)  Deux, qu’un peintre réussisse à ce point une perfection dans le rendu des chairs, des peaux, des cheveux, des poils… C’était en décembre 2013. Et ce fut un GROS succès.

On s’en prend plein les yeux dès l’entrée.  Plein la gueule,  si je veux m’exprimer à la façon Michel Potherat.  Et le premier étage de la galerie est tout aussi impressionnant.  De grands formats,  des personnages nus plus vrais que nature, des yeux bleus qui vous fixent, des visages (portraits) surdimensionnés…

Quel brio, ce Michel Potherat!  Une technique irréprochable.  Une maîtrise étonnante.  Même si quelques autres noms nous viennent à l’esprit, dans le même registre, c’est sûr, il fait partie des grands peintres de notre siècle.Potherat2

Audacieux, aussi!  Un peu provoquant, même.  Sexes et caresse sont au programme.  Les émotions sont prises sur le vif  (ces deux jeunes filles au bord des larmes).  La tête décapitée de l’artiste est tenue par la jeune modèle, devant son sexe. Etc…Potherat

Reste que la palette de Michel Potherat a du mal à se départir des violines, bleus, roses et mauves.  Ce qui transmet un caractère glacial aux scènes.  Et ce n’est pas que la couleur… Il y a un côté trop contrôlé qui me gène.  Figé, posé, calculé… Finalement, la vraie sensualité me paraît absente.   « Peintre de l’intime »,  « voleur d’âme »  dit-on de cet artiste.  Pas certaine.  Il me semble qu’on reste derrière un écran lisse, qu’on n’entre pas… Même les portraits me sont étrangers.  Et pourtant, je connais bien certains modèles.  Mais, sans que je me l’explique, ces visages de face,  « énormes »,  ne me révèlent rien de leur âme.  Qui est fermé?  Eux ou moi?

Bref, on ressort de là perturbés.  On repart avec en nous ces regards perdus qui regardent sans voir.  Avec ces jeunes gens tristes qui offrent juste leur beauté. Avec ces vieillards (qui ne le sont pas en réalité) au visage labouré par le temps.  Avec ces scènes d’amour qui n’en sont pas vraiment.  Malaise.

Cliquer sur les visuels pour agrandir (en 2 fois)

 

4 comments to Michel Potherat, Galerie La Source

  • martel claude

    pour une fois je ne suis pas d’accord avec toi. Michel dévoile par le regard et la chair l’essence des êtres représentés.par le regard il explore la vérité profonde de son modèle les yeux nous racontent,c’est bouleversant.La chair rend palpable et visible ce qui est indicible.un choc violent plein de densité et d’énergie!!!!!tu as raison sa technique est d’une perfection absolue.c’est un grand peintre!!

    • mijo

      pas complètement en désaccord avec toi, claude (et c’est tant mieux!) oui, un des plus grands peintres actuels, oui expo bouleversante quelle qu’en soit la raison (je parle de « malaise » et je crois que rien que pour cela il faut aller voir!!) Je garde ton texte de présentation, en tout cas.

  • SCHADECK Michel

    Je viens de tomber sur la vidéo de 4mn.
    Je ne suis même pas épaté par cette qualité.
    Il l’avait déjà il y a 40 ans, mais pas maîtrisée de cette façon.
    Et cette tendance bleue ne date pas d’aujourd’hui.
    En fait, j’aime beaucoup cette évolution.
    Un gros regret cependant:
    Avoir raté cette expo. J’attends donc la suivante ou me débrouillerai pour respirer s(c)es toiles.

  • mijo

    quelle vidéo? Pas vu de vidéo sur ce blog….

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>