Facebook

Christine Jouvenceaux, à La Source

« Résonnances » est le titre que la sculptrice Christine Jouvenceaux avait choisi pour son exposition à la galerie La Source, l’automne 2011 (Fontaine-lès-Dijon). Cette petite dame filiforme, à la (très) longue chevelure rousse et aux yeux bleu profond, fait naître de troublants personnages.

Une armature métallique, des textiles, de la résine, du plâtre, du bois flotté…Christine Jouvenceaux use avec habileté de matériaux qui lui conviennent pour sculpter l’homme. L’homme dans sa dualité: à la fois fragile-vulnérable et, malgré tout, capable de grandeur et de force.

Son humanité se courbe, tombe, rampe. Elle ploie sous le fardeau de la vie. Elle souffre dans son corps. Elle ressemble à un Christ de chemin de Croix ou à un Don Quichotte désespéré. Mais elle sait aussi se relever, s’entraider, s’envoler, trouver la voie!Voilà l’impression que laisse cette exposition assez émouvante.

Ces sculptures à la chair déchiquetée, écorchées vives, à l’allure squelettique, au visage douloureux sont vraiment belles.

Le travail plus récent de l’artiste a gagné en sérénité. Les personnages sont moins torturés. Cela me plaît moins! (c’est personnel!)

Et l’artiste présentait au 1er étage de la galerie une série d’oeuvres inspirées de bouddhas. Je n’adhère pas du tout à cette façon de mettre en scène, d’une façon « folklorique », des objets d’une religion qu’on croit connaître extérieurement. Tissus, poufs, bâtons de parfum…Non! L’art n’a pas besoin de ça. Ses « astres », par contre, sont intéressants (bas-reliefs de résine et de sable).

A noter ses petits animaux, sur le pallier, dans la même veine que ses personnages. Bien!

Cliquer sur les photos pour agrandir (en plusieurs fois)

 

 

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>