Facebook

Le calendrier des expos

Voici la liste des espaces d’art que je vais peut-être aller voir, et vous? C’est en région Bourgogne . Désolée pour le vrac! je marque au fur et à mesure de mes infos reçues. Ce n’est pas toujours facile d’avoir des infos précises!! faut creuser, chercher!! Je le fais pour moi et je vous en fais profiter! Je tiens à jour comme je peux ce calendrier des expos.

-Au Bain du Nord, à Dijon, 16 rue Quentin, le Frac propose « Run space », une exposition de Lucie Douriaud (résidence ENSA), avec une partie de la collection du FRAC Bourgogne. Du 20 octobre au 18 novembre. Du mardi au dimanche 14h30-18h et samedi 11-13h et 14-18h.

-A l’espace Baudelaire, 27 av. Baudelaire, à Dijon, Pascal Reydet propose « Le voyage sombre », récit photographique.Du 24 septembre au 12 octobre. Lundi au vendredi. 14-18h. (En fonction des activités de l’espace)

-A l’Entrée Libre, espace d’exposition de la Caisse d’Epargne, rond-point de la Nation, à Dijon, exposition de Mireille Barrelle, dite Mium, jusqu’au 7 décembre. 9-12h et 13h30-18h. Samedi 8h30-12h30.

-Salon de l’Essor, salle de Flore (Hôtel de ville Dijon), du 20 octobre au 3 novembre. 14-19h.

-La Galerie La Source , à Fontaine les Dijon, accueille Sylvie Vergnaud-Perron du 5 au 28 octobre. « Voyage au-delà de l’horizon ». Du mercredi au dimanche, 15h30-18h30.

Roland Thibault expose « Mirages » (photographies) à l’hôtel de Vogüe, rue de la chouette, à Dijon du 15 au 28 octobre, 17-20h et le dimanche 10-20h.

-A la Chartreuse, L’Hostellerie (dans le parc, non loin du Puits de Moïse), exposition de Fabienne Cresens (photos), « sauvages imaginaires ». Du 15 sept. au 27 janvier. Mardi, mercredi, samedi et dimanche, 13h30-17h.

-La Galerie Interface propose l’exposition « Hors d’œuvre« , à l’Hôtel des Ducs, 5 rue Lamonoye, à Dijon. (19 artistes, issus de la revue « Hors d’œuvre »). Jusqu’au 30 octobre.

-Au Consortium, 37 rue de Longvic, Dijon, exposition du 23 juin au 14 octobre. « L’Almanach 18 ». 13 artistes. Du mercredi au dimanche 14-18h. Le vendredi jusqu’à 20h.

-A l’ABC, passage Darcy, Dijon, Cécilia Philippe propose « Achromatopsie » du 13 septembre au 10 novembre. Du mardi au samedi, 13-18h.

-Festival  de photos »360° », Dijon. De septembre à décembre. Jardin Darcy (4-30 sept.), Cellier de Clairvaux (4-12 sept. « Les rejetés »), Galerie Inuk (10-29 sept. « contemplation »), gare SNCF (11 sept. 9 oct.), la Coupole (18-23 sept. « Jeunesse insouciante »), résidence Maret (25 sept. -19 oct. « les sociétés du spectacle »),  Hôtel Despringles, ancien Rectorat (23-28 oct. « Stigmates »), Zénith (25 oct.-26 nov. « Jeunes espoirs ») etc.

-Le sculpteur Michel Couqueberg expose chez lui à Orgeux (atelier du moulin, chemin du Breuil) à l’occasion de ses 40 ans de carrière. Jusqu’au 21 octobre. 10-12h et 14-19h.

-A Dole, rétrospective du peintre Auguste Pointelin (1839-1933) « la clarté intime de la terre ». Musée des Beaux Arts, 10-12h et 14-18h. Fermé lundi et dimanche matin. Jusqu’au 11 novembre. Voir aussi à Arbois et Pontarlier.

-La Galerie Le 36 à Dole est au 25 rue des Arènes. Une vingtaine d’artistes y exposent  . Du mardi au samedi, 10-12h et 15-18h30.

-Le nouveau M.U.R. (modulable, urbain, réactif), 71 rue Jean-Jacques Rousseau, Dijon. Tous les 3 mois, un nouvel artiste sera invité à s’exprimer sur ce mur.

Nuits-St-Georges, galerie Quai des Artistes, 11 quai Fleury: une vingtaine d’artistes de Côte d’Or expose. Fermé le mardi. Les autres jours: 14-19h

Galerie Le 36, à Dole

J’ai enfin pu faire un saut à la Galerie de Dole, Le 36.  Elle est maintenant installée au 25 rue des Arènes (eh! non! pas au 36!). Agréable petit espace sur deux niveaux. Cette galerie a été voulue par Les Inventifs, en complément des expositions qu’ils donnent régulièrement sur Dijon. Placée ici, entre Bourgogne et Franche-Comté, elle agrandit ainsi son cercle d’action. Deux artistes de Dole, Aurélien Benoist (photographe, graveur) et Catherine Goursolas (peintre) s’en occupent au quotidien.

Le 36 est une Galerie associative qui, actuellement, représente 23 artistes. Leur travail est exposé (sculptures, peintures, gravures, photos) et il y a entre eux une sorte de « fraternité » qui est sympa pour le visiteur: pas trop de chocs entre les oeuvres présentées, et, dans l’ensemble, une qualité qui fait du bien à voir.

A cela s’ajoute la présence du métier de l’édition (catalogues, cartes, affiches etc).

La vitrine…. Une présentation à revoir! Peut mieux faire!

Les projets: festival « D’Encre et de Papier », automne 2019, précédé par le mois de la micro-édition et de l’estampe en septembre 2018.

galerie36@gmail.com

http://trentesix.org/     et page Face Book

ouvert du mardi au samedi, 10-12h et 14-18h30. tel 06 23 12 45 08 ou 06 72 98 71 51

 

blog de 13+

Nouveau! Un blog vient d’être créé (juin 2018) pour les artistes  « 13+ » de Dijon!

Bravo à son créateur, Jean-Philippe Jarlaud. Longue vie à ce blog. On ira régulièrement pour les infos …

https://association13plus.blogspot.com/

 

Timothé Tory, La Lumière

sculptures: Verdure; lumières: Tory

sculptures: Verdure; lumières: Tory

Souvenez vous! L’inauguration du tram, entre autre, les elfes de lumière…. c’était lui, Timothé Tory, concepteur lumière. Il vient de remporter le grand prix du concours d’idées de la rue de la Liberté à Dijon.  Voici son site: https://www.timothetoury.com/

A voir!!!

« La lumière est un langage… La lumière est porteuse de sens… La lumière raconte une histoire…  » T. Toury

cliquer sur le visuel pour agrandir, en deux fois

Atelier du regard: nouveau!

J’ai essayé!

Premier « Atelier du regard » jeudi dernier, au Centre, rue de Chenôve, Dijon, mené par la plasticienne Christine Delbecq. « Ni un cours d’histoire de l’art ni un cours d’art plastique ni une visite guidée » dit-elle.

Elle avait apporté deux photos représentant des oeuvres d’artistes: Miquel Barcelo et Jiri Kolar. Tours de table. Les ressentis de chacun, les observations, les questions…Déjà les yeux s’ouvrent. De l’inattendu et de l’imprévu tombent. Passionnant.

Le principe de cet atelier est excellent.

Miquel Barcelo

Miquel Barcelo

D’abord, savoir s’arrêter devant une oeuvre d’art. Ne pas passer trop vite. Même si, à priori, elle nous indispose. Peu à peu entrer dedans. Grâce aux remarques du groupe, changer son regard. Sans pour autant se mettre forcément à aimer l’oeuvre en question. Mais s’y intéresser différemment. Oser se laisser déranger par elle. Commencer à mettre d’autres mots dessus. Aller plus loin.

La plasticienne conduit souplement le débat. Elle rassemble les commentaires entendus. Les fait rebondir et s’élargir. Elle apporte ses propres connaissances, fait part de ses expériences, tente de bousculer les idées reçues et les habitudes. Transmet spontanément son propre enthousiasme.

Conclusion: la prochaine visite à une exposition ou à un musée sera nettement moins casse-pieds pour ceux qui auraient assisté à cet atelier d’un nouveau genre! L’accès à l’art se fera plus facilement. Et, surtout, on aura compris que l’art … c’est pour nous. Nous tous. Qu’il peut nous emmener (ou ramener) vers nous-même.

Prochain Atelier du Regard le jeudi 12 janvier 2017, 20h30.

Place Wilson, Zut…

« Place aux arts » ! Jolie formule! Bien trouvée! Mais fausse, en grande partie! Cet été 2016, un samedi, autour de cette place dijonnaise, à kiosque et à jets d’eau, Wilson de son nom, s’étaient installés des exposants. Des artistes? Ah bon?

J’en ai très peu vu, en réalité!  Six ou sept qui mériteraient le nom… Guère plus.  Désolant. (Ne me demandez pas qui! Certains sauront de qui je parle!)

Je vais m’attirer les foudres en affirmant que cette « place aux arts » était démoralisante!  M’en fiche. Au moins j’aurai des commentaires ! Je ne peux en lire sur ce blog, pratiquement, que lorsque j’écris des méchancetés…

Que chacun puisse s’amuser à jouer du pinceau, à crayonner, à fabriquer des bijoux, à cuire de la terre…Oui. Pas de problème. Ces plaisirs sont recommandés, même. Prenez votre pied. Mais de grâce, ne nous imposez pas vos « œuvres ».  Si on continue d’exposer des choses de qualité médiocre, en les qualifiant « d’art », on fait du mal à la fois aux artistes (les vrais) et au public.

 

 

 

Festival Ex-VoO, programme été 2016

Programme été 2016:  ça se passe en divers lieux, Yonne et Côte d’Or.

Yaninka, sculptures acier, du 4 juin au 18 septembre, Prieuré de Vausse, Châtel Girard.  Du mercredi au dimanche. 10-12h et 14-18h.

-Gilles Malatray, installations sonores, du 4 juin au 4 octobre, parc et musée Buffon, Montbard. Du mercredi au dimanche, 10-12h et 14-18h.

-Sterenn Marchand Plantec, dessins, du 4 juin au 4 octobre, parc et musée Buffon, Montbard. Du mercredi au dimanche, 10-12h et 14-18h.

-Gene Fenn, photos, du 11 juin au 18 septembre, musée Gorsline, Bussy le Grand. Vend.sam.dimanche, 15h-19h

Danièle Tournemine, art textile, du 6 août au 18 septembre, Prieuré de Vausse, Châtel Girard. mercredi à dimanche, 10-12h et 14-18h.

 

la guêpe (Guigone) de Joana Vasconcelos, au FRAC

Au Frac (Bains du Nord) de Dijon, rue Quentin, l’espace qui a vitrine sur rue (autrefois, boutique) présente une oeuvre de Joana Vasconcelos, acquise par le Frac. C’est une guêpe géante. A voir. Intéressant.

Cette guêpe fait partie d’une série de sculptures animalières de l’artiste portugaise, en céramique, couvertes d’une enveloppe en crochet. Elle a voulu prolonger l’oeuvre du céramiste portugais R.Bordalo Pinheiro qui fonda une faïencerie en 1884 et créa des animaux à échelle démesurée. Elle a repris ses dessins originaux et sauvé beaucoup de ses moules. Cette guêpe est donc l’une de ses céramiques refaites, mais qu’elle a choisi d’habiller d’une délicate robe en mailles crochetées.Joana

Le textile est une de ses matières de prédilection. En particulier dentelles et crochets, pratiques traditionnelles de son pays:  Joanan Vasconcelos rend toujours hommage au travail manuel, à l’artisanat. Pratiques, aussi, considérées comme « féminines » : la femme est un fil conducteur de son oeuvre (interrogations sur son statut). L’artiste travaille avec un atelier d’une trentaine de personnes: architectes, ingénieurs, couturières, brodeuses etc. Ici, la robe de la guêpe a été réalisée par des dentelières des Açores. (Vous remarquerez que l’artiste n’a pas beaucoup mis la main à la pâte dans cette affaire! )

Les animaux qu’elle couvre ainsi de dentelles sont, la plupart du temps, de ceux qu’on a tendance à vouloir tuer: lézards, crapauds, serpents, guêpes… Elle en fait des objets précieux! Décorés, protégés! Non seulement ils changent d’échelle mais aussi de registre! Et ce petit animal a soudain une grande ambiguïté et un lourd fardeau: à la fois belle et monstrueuse, vraie et réaliste, dangereuse mais transformée en objet de luxe, momifiée, statufiée, porteuse d’une identité nationale etc etc etc .Joana2

La guêpe du frac porte le nom de Guigone (de Salins), épouse de Nicolas Rolin fondateurs tous deux des Hospices de Beaune en 1443. Pièce unique, elle fait partie d’une série de 6 guêpes qui toutes portent le nom d’une femme qui a marqué l’histoire locale du lieu où chacune des guêpes est installée.

Cette oeuvre est intéressante parce qu’elle étonne, elle choque, elle fait penser…

Cliquer sur les visuels pour agrandir, en deux fois

Petites infos dijonnaises

Yan-Pei Ming expose à la Villa Médicis, à Rome, jusqu’au 19 juin. Ce sont ses « impressions romaines ». Elles rejoindront ensuite la France, le centre d’art de Sète. Ming prépare une expo pour la fin de l’année à la Romanée-Conti!

Le collectif des A4 Designers (4 jeunes femmes dijonnaises) a mis en place une nouvelle création (mars 2016): le « Big Band » , une structure en mélèze avec châssis métallique qui s’allonge devant l’entrée du Parc de la Colombière. On peut s’y asseoir, s’y allonger, y papoter, y méditer, y pique-niquer, s’y reposer de son jogging… Vous avez déjà vu une de leurs oeuvres devant l’hôtel de Vogüé, un banc du plus bel effet qui renouvelle agréablement le mobilier urbain. Et leur future création, à découvrir bientôt, se situera à la Minoterie.

l’art affiché

colmar2Des affiches superbes dans les rues de Dijon! (Janvier 2016) C’est rare de voir l’art aussi grandement placardé que les pubs de n’importe quoi!

Merci au musée de Colmar, nouvellement réinstallé… colmar