Recevoir un email pour chaque nouvel article?

Christo, au Centre Pompidou

Il y a longtemps, je faisais régulièrement des articles dans la catégorie « choix du mois ». J’avais abandonné. Aujourd’hui je reprends. Pour ce mois d’octobre 2020, j’ai choisi un bon souvenir d’expo, celle consacrée à Christo et Jeanne-Claude, au centre Pompidou, à Paris.

Je ne parlerai pas de la partie de l’exposition qui est consacrée aux monuments empaquetés par Christo et Jeanne-Claude, son épouse, et en particulier au Pont-Neuf. Excellente présentation d’ailleurs, technique, esthétique et historique (photos, maquettes, croquis, matériel etc).

Mais j’ai envie d’évoquer les premières années de Christo à Paris, après son exil de Bulgarie. Là où commencent les empaquetages d’objets, vers 1958. Cela m’a beaucoup intéressée.

surface d’empaquetage

C’est le sujet des premières (et nombreuses) salles de cette exposition. Pas très connu, et passionnant. L’artiste façonne son style, esquisse son geste qui, plus tard, prendra d’autres dimensions et deviendra l’aboutissement de son parcours.

extrait d’une surface d’empaquetage

-D’abord, les « Surfaces d’empaquetage« . Des tableaux faits de papier ou tissu énergiquement froissé, rigidifié, ficelé et parfois couvert de peinture ou parsemé de sable ou de poussière. La surface est épaisse, accidentée, mais dressée au mur, voire magnifiquement encadrée! Contraste et ambiguïté: car l’œuvre est plutôt une chose quelconque, moche et décrépite!

-Puis, les « Empaquetages » (il les regroupe en « Inventaire »). Christo emballe les objets qui lui tombent sous la main, boîtes de conserve, pots de peinture, barils, portes, chaussures, panneaux, jouets etc. Toujours avec papier ou tissu bien froissé, rigidifié par de la laque et de la peinture, entouré de ficelle. Plus tard, l’artiste choisit du papier transparent pour envelopper les objets. Le contenu se devine alors vaguement entre plis et ficelles (ce sont souvent des portraits mi-révélés, mi-dissimulés)

Enfin, il y a la période des « Vitrines ». Cette fois, Christo ne cache plus quelque chose, il empêche de voir l’intérieur. Vitres d’armoires ou devantures de magasins sont masquées de tissus.

Ce geste de l’empaquetage nous emporte vers des réflexions diverses! Peut-être le côté déménagements: on emballe les choses de sa vie pour les transporter ailleurs. (Christo est un exilé). Peut-être un acte de révolte vis à vis d’une certaine idée de l’art « beau », « propre », « chic », « neuf », « admirable »… Lui, il expose des choses à l’aspect sale, vieux, triste, pauvre…

Et l’art montre, Christo cache. Il ne nomme pas l’objet emballé. Il laisse le mystère. L’objet, en fait n’existe plus. C’est le paquet qui a pris sa place. Parfois, cependant, il laisse apparaître un fragment de l’objet. Clin d’œil. Parfois, l’objet est emballé de façon à ce que la silhouette ne laisse aucun doute. Christo joue avec nos perceptions.

En tout cas, ces empaquetages révèlent des formes, des volumes et des couleurs. Pas réalisés n’importe comment. Ce sont des sculptures. Il y a quelque chose de l’art classique dans ces agencements de plissés et de drapés.

J’ai vraiment aimé circuler au milieu de ces objets momifiés. Le regard est tantôt trompé, tantôt alerté, stimulé. L’artiste joue son rôle d’artiste: il transforme la réalité. Ou la fait voir autrement.

Cliquer sur les visuels pour agrandir

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>