itinéraire singulier

Le festival Itinéraire Singulier en Bourgogne s’est achevé le 19 avril 2015 et je n’avais pas vu grand chose. Trop absente. Trop occupée. Zut. L’art brut est pourtant l’une de mes tasses de thé! Je dis malgré tout un mot des deux expos que j’ai visitées avec plaisir.

André Robillard, au musée de la vie bourguignonne.

Une partie de sa collection de fusils étranges était (bien) présentée dans une superbe salle du musée. Pour « tuer la misère », cet artiste, ami de Dubuffet, a créé des fusils en pagaille, avec une crosse en bois fabriquée et décorée par lui, complétée par des objets de récupération.  Etonnant.  Ils ont belle allure, et ils font comme s’ ils étaient vrais (on s’y tromperait, de loin!)! Malgré le vilain scotch bleu ou rouge qui ficelle l’ensemble des moulins à viande, paniers de diapos, ampoules, pulvérisateurs, pédales de vélo etc…

Ces armes complètement dingues, ces objets de mort faits de bric et de broc, ces flingues loufoques me semblent d’une poésie certaine.  La dérision, le rire, l’inutile, le décalé, le paradoxe… De son hôpital psychiatrique, André Robillard a sans doute sorti ses envies de tuer, sa violence interne… en bricolant des armes qui n’allaient pas faire de mal à une mouche.  Son langage à lui, son action à lui.  Super…

Des spoutniks tournent aussi dans la salle, laissant bouger leur ombre au plafond. Création de A. Robillard aussi. Lessiveuses, antennes et pieds de pupitres pour partitions composent ces beaux objets de l’espace. Une sacrée fantaisie créatrice!

Ghyslaine Noel, à l’office du tourisme

« Une armée de cris sans voix »: titre de cette expo. (Je rappelle que le « cri » était le thème du festival cette année). Dans la chapelle, au fond de l’office de tourisme dijonnais, une foule de têtes en bois, posées au sol, hurlent en silence. Impressionnant. Proches du masque africain, du cri de Munch, de la tête de mort, du primate ou du film Scream… Mais chaque tête a son caractère. Sa force. Parfois avec double face. Parfois sculptée sur le crâne. Ce sont à la fois de beaux objets et à la fois des sculptures puissantes par ce qu’elles expriment. Les bouches sont des trous béants ainsi que les yeux. Il arrive que les bouches soient écartelées mais… bouchées. Les visages sont plus ou moins tordus.Noel

Il s’échappe de ces sculptures souffrance et douleur retenues. Effroi et terreur, même. Et c’est terrible de dire que tout cela possède une beauté qui vous laisse pantelant.

cliquer sur le visuel pour agrandir, en deux fois

 

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>