Facebook

jardins d’artistes, un week-end

un week-end de juin 2013,  j’ai vécu de doux moments dans des jardins d’artistes (organisation association 13+).  Certains d’entre eux s’ouvraient au public.  Je n’ai pris le temps que d’en visiter trois.  J’espère que vous avez fait mieux que moi !

A Bellefond, Evelyne Lagnien (plasticienne) recevait Fabienne Durupt et Jean Gauthier (sculpteurs).

Au fond de l’impasse,  un jardin plein de charme vous ouvre ses bras.  Recoins, bosquets, cabane, buissons, banc, souches… Un jardin aux allures de sauvage mais,  mine de rien,  bien entretenu!   Partout se cachent peintures et sculptures.  Elles vivent là,  aujourd’hui,  une nouvelle vie.  Et le visiteur les voit d’un oeil neuf dans cette nature paisible.

Evelyne Lagnien a posé ses visages ici et là dans la verdure et d’étranges regards vous guettent.  Ses personnages en raku, eux aussi, marquent de leur présence forte le parcours du visiteur.  Les créations de Fabienne Durupt,  quant à elles,  sont des notes de poésie et d’humour qui tintent de ci de là.  Ses petites créatures à califourchon sur des racines ou bois flottés,  joueur de piano, équilibriste ou enfant coquin, sont épatantes!

A Daix, Micheline Reboulleau, peintre, recevait Edith Nicot (sculpteur de papier).

Au sommet de l’escalier moussu, au milieu des senteurs boisées, se blottit l’atelier de Micheline Reboulleau.  Quelques mouton, aigle, corbeau ou poisson vous ont accompagnés aujourd’hui dans votre montée jusque là:  les aquarelles de l’artiste.  Mais l’essentiel de son travail est dans l’atelier,  à l’abri de l’humidité extérieure.  Elle vous explique gentiment quelques techniques pointues de cette étonnante peinture à l’eau.  Elle vous laisse fouiller dans ses oeuvres qui encombrent l’espace exigu (attention, c’est fragile tout ça) .  L’esprit créatif souffle ici…

Edith Nicot a installé, pour ce dimanche,  ses sculptures en papier de soie ou en fibres de mûrier.   La légèreté de ces petites structures,  leur blancheur,  leurs lignes calmes et leurs volumes arrondis séduisent souvent le visiteur.  Elle travaille également un certain papier crépon aux couleurs de terre.  Pas mal du tout.

A Dijon, au « creux d’enfer »,  Mireille Barrelle recevait Denise Guilloux (photographe).

Là encore,  petit jardin de charme… Fouillis mais sage.  Les peintures de Mireille Barrelle, sur papiers de sacs de farine, et ses petites terres cuites parsèment les lieux.  Quelque chose de l’art brute.

Et puis,  les photos de Denise Guilloux s’exposent dehors ou dedans (dans l’atelier de l’artiste hôte).  Formats et supports variés pour ces images rêveuses,  inattendues,  secrètes… Elle explore l’art de la photo, entre classicisme et effets sur logiciel.  La réalité l’inspire.  Elle la « voit » avec l’oeil de l’artiste.  S’en approche comme une scientifique, la transforme comme un poète…

Cliquer sur les visuels pour agrandir

 

6 comments to jardins d’artistes, un week-end

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>