Facebook

édith nicot, galerie « entrée libre »

A la Caisse d’Epargne, rond-point de la Nation, à Dijon, dans sa galerie « Entrée Libre », l’artiste plasticienne Edith Nicot a exposé ses sculptures papier en juin 2013.

Edith Nicot a choisi, depuis plusieurs années, de se consacrer à un seul matériau, le papier. Elle a même fabriqué elle-même du papier.  Aujourd’hui, elle travaille du papier de soie ou de la fibre de mûrier japonais.

En ce qui concerne le premier,  elle s’est trouvé elle-même une méthode (qu’elle garde secrète!) pour le plisser très fin et très serré.  Elle obtient ainsi une rigidité qui lui permet de créer des volumes,  sans autre subterfuge.

Et voici donc des sculptures blanches,  torsadées, enroulées, ourlées, spiralées… Formes abstraites qui évoquent souvent des coquillages ou autres créatures marines.  L’artiste fabrique même des robes avec cette matière.  Et des robes qu’on peut enfiler !!!

Edith Nicot soigne certains de ses encadrements, réalisant de précieux tableautins, tout de blancs vêtus, aux allures fignolées et décoratives, où les reliefs jouent avec la lumière.  Par ailleurs, elle donne à voir des œuvres plus fortes (toujours en papier plissé),  sculptures murales faites de sortes de tubes qui se tordent et s’emmêlent.  Telles des formes de vie primitive qui jailliraient de ci-de là.

Son travail avec le kozo (fibre de mûrier à papier) relève aussi du triturage de la matière!  La fibre est ouverte, aplatie, moulée etc.  Et boules, œufs, visages sont faits à l’aide de cette dentelle obtenue.

Parfois entre art et artisanat (mais où se tient la frontière?) , l’œuvre d’Edith Nicot est des plus douces à contempler .

cliquer sur les visuels pour agrandir

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>