Facebook

Incontournable Combas

Escapade à Lyon!

Robert Combas, « Greatest Hits » ,en juillet 2012, au Musée d’Art Contemporain de Lyon.

Époustouflant.  Non seulement par l’œuvre elle-même, mais aussi par la façon dont l’artiste occupe l’espace du MAC.  Il « habite » le musée dans tous les sens du terme (il a installé un atelier où on peut le regarder travailler à travers une vitre sans tain.  Moi, je ne l’ai vu qu’assis dans un fauteuil lisant son journal!!)  Les murs sont peints ou décorés spécialement pour accueillir ses toiles, la musique occupe chaque pièce, ses textes (j’ai découvert son écriture assortie à son travail et j’ai adoré) accompagnent les peintures…  Ah, certes, la scénographie n’ est pas laissée au hasard!  Et les thèmes des salles successives bien choisis.  Sous des aspects de grand délire, d’ailleurs, les oeuvres de Combas sont composées avec rigueur.  Et cette rétrospective lyonnaise est à son image:  pas si fou que ça!

Allez! On ne peut pas écrire sur lui.  C’est d’une telle fertilité!  D’une telle puissance!  Chaque tableau demanderait une heure de regards attentifs: tant d’entrelacs, d’écritures, de figures…   De son pinceau vif et sûr, Combas raconte, bavarde, se souvient, bifurque, ajoute, se fâche, rigole, s’attendrit, interpelle, choque…

Du petit objet peint à l’immense fresque, tout est terriblement inventif et dense.  Entre BD, icônes, enluminures, graffs, pastiches, publicités, vitraux, on ne sait où donner de la tête tant les références nous paraissent innombrables.  Et il faut avouer que parvenus au 3ème niveau de l’expo, à la six centième (et quelques) œuvre, on est un brin saturés… Saturés comme ses toiles.  Pleins!  Mais enthousiasmés!

cliquer sur les visuels pour agrandir

 

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>